Livraison offerte dès 70 euros d'achat

0

Votre panier est vide

par Andy Bowis mars 13, 2019

La Slow Fashion sauvera la planète

Alors que de plus en plus de consommateurs commencent à prendre au sérieux les conséquences des émissions de carbone, l'industrie de la mode est à la traîne. Les petits créateurs de mode ou bijoux éthiques favorisent les productions locales et les technologies durables pour leur marché de niches. Cependant, la majorité des grandes maisons de mode s'approvisionnent encore en main-d'œuvre bon marché à l'étranger et utilisent des procédés de fabrication non éthiques.

 

Adam Manuel (Écrivain, cinéaste, homme d'affaires)

« L'industrie de la mode est la deuxième industrie la plus dommageable pour l'environnement dans le monde. Étant donné que plus de 60% des vêtements sont fabriqués dans les pays en développement, il est fort probable que les vêtements que vous portez en ce moment n'ont pas seulement été fabriqués à l'aide de méthodes de production extrêmement nocives, mais qu'ils ont également traversé la moitié de la planète à bord de cargos alimentés aux combustibles fossiles. »


L'ampleur du problème

Plus de 25% des insecticides du monde sont utilisés pour la culture du coton ; un cinquième de la pollution de l'eau dans le monde provient du traitement des tissus ; et chaque année en Amérique, plus de 10,5 millions de tonnes de vêtements vont directement dans des décharges.
L’impact de l’élevage du bétail ou l’utilisation massive des énergies fossiles ont des conséquences similaires à celle de l’industrie de la mode, si nous voulons lutter contre les changements climatiques, il est important s’intéresser tout autant à ce domaine.

La tendance naturelle de la mode implique que les produits deviennent désuets et pratiquement invendables en un clin d'œil. Si l'on inclut les déchets avant et après l'achat, au final c’est plus de 85 % des vêtements qui finissent dans le sol. En résumé, nous produisons beaucoup plus que ce dont nous avons besoin.

Slow fashion mode éthique florapada mexique

 

La SlowFashion ? Une réponse

Le terme SlowFashion a été inventé par Kate Fletcher du centre « Sustainable Fashion », une organisation créée pour s’interroger et faire réagir les grandes industries du monde de la mode. Ces dernières reflètent et renforcent les modèles de consommation excessive. La philosophie du SlowFashion est d'encourager les consommateurs à acheter des articles plus durables, plutôt que de nombreux articles à bas prix polluants.

Nous devons également nous pencher sur le secteur de la chaussure, en particulier le marché du cuir du cuir où les chutes peuvent atteindre jusqu’à 60%. Selon le cordonnier américain Hand Welt Co., l'achat de chaussures avec un montage trépointe également appelé « Goodyear Welted » est un moyen de lutter contre ce problème. Grâce à une technique de finalisation spécifique, une bande de cuir est cousue sur le dessus de la semelle intérieure. Les paires de chaussures sont plus qualitatives, mais aussi plus faciles à démonter, à réparer et à ressemeler. Qui ne souhaiterait pas d’une paire de chaussures qui peut durer jusqu'à 25 ans, plutôt que 1-2 ans (la durée de vie typique d'un article « FastFashion »).

Un procédé tel que le « Goodyear » peut nécessiter beaucoup de main-d'œuvre ; par conséquent, le prix d’une paire est souvent élevé une fois que les commerçants ou distributeurs ajoutent leur marge. Cependant, le développement des sites en ligne a changé les habitudes de distribution et de ventes de certains créateurs. Les petites maisons de mode commencent à directement vendre aux consommateurs sans passer par les distributeurs. Le fait de by-passer cet intermédiaire peut faire baisser de deux à trois fois le prix demandé habituellement en magasin, ce qui rend les articles de meilleure qualité, plus durables et beaucoup plus abordables pour les consommateurs.

 

Nous devons commencer au niveau du consommateur

Pour changer les habitudes des consommateurs ; des marques de mode de renommée mondiale telles que Stella McCartney et H&M, tentent de montrer l'exemple en travaillant à la création d'une chaîne d'approvisionnement durable. Nous souhaitons et espérons que d'autres suivront leur initiative afin que la déforestation, la pollution des rivières et le travail forcé ne fassent plus partie du paysage de la mode et de l’industrie. Mais d'ici là, c'est à nous - le grand public - de montrer aux grands acteurs du secteur où se situent nos priorités, c'est-à-dire consommer Slow et non plus Fast.

Andy Bowis
Andy Bowis


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.